✏ Ce que le NaNoWriMo m'a rapporté
La NaNoWriMo a été la meilleure école d'écriture et d'organisation pour moi.
Et alors que je viens de passer la pire édition de ma vie, je vais tout de même t'expliquer pourquoi novembre est devenu quasi-sacré dans mon calendrier.

Est. since 2006

J'étais dans un groupe d'écriture anglophone lorsque j'ai appris l'existence du NaNoWriMo en 2005. Pourtant, ce n'est qu'en 2006 que je me suis inscrite officiellement (le 15 octobre) suite à un article d'une blogueuse française, Chimère (si tu me lis). 
Je suis partie à la wannagain, IRL c'était le souk, mais j'ai tout de même réussi à boucler les 50K en 15 jours (sans être chez moi alors que mon ordinateur pas du tout portable y était). La communauté française était encore toute petite et j'ai rencontré des gens super que j'ai rencontrés pour de vrai à Paris en 2007 lorsque j'ai participé à la TGIO (Thanks G* it's over : la fête de fin de NaNo en décembre).

J'ai appris à m'organiser

Quand je me suis inscrite au NaNo, j'écrivais depuis déjà 10 ans ! Ou plutôt, je gribouillais. Je n'avais que trois romans terminés, avec un début, un milieu et une fin. Pour les deux premiers, je les ai écrits dans un cahier, donc je n'avais pas d'autre choix que suivre un semblant de chronologie. Pour le troisième roman, une de mes cousines le lisait en même temps donc j'avais intérêt à écrire dans l'ordre également.
Arrivée en France, j'écrivais au stylo plume sur des copies doubles Seyès illimitées (le double luxe pour quelqu'un qui vient d'Angola) et, bien sûr, dans le désordre et uniquement ce qui me plaisait. Disant que pendant des années, rien n'a abouti...
Avec le NaNo, je me suis remise à écrire sur ordinateur et dans l'ordre. Même si je n'avais pas de plan (ça n'a pas changé), j'avançais en espérant arriver à la destination que je m'étais fixée...

J'ai appris à écrire vite

Écrire vite n'est pas forcément écrire de la m*, comme le diraient certains. 
Pour moi, depuis que je me suis lancée dans le NaNo et que j'ai commencé à écrire dans l'ordre, écrire vite me permet d'arriver plus vite là où je veux aller, que ce soit la fin (le saint Graal) ou juste une scène à laquelle on a pensé pendant des semaines !
En plus, les Word Wars (écrire le plus de mots possible pendant quinze minutes) nous entraînent à frapper vite. Je passe toujours mon tour lors des WW organisées sur mon forum ou dans le chan régional, mais je peux monter jusqu'à 850 mots environ en quinze minutes. 
Et si je veux terminer avant minuit (pour une quelconque raison), je mets le turbo, quitte à écrire 17K dans la journée...

J'ai appris à me défier

Le NaNo n'est pas une compétition ! C'est un défi personnel, on cherche à être meilleur que soi-même !
Je n'ai jamais tenté le 50K1Day (écrire 50 000 mots en 24 heures), et je ne pense pas que je le ferai un jour. J'ai écrit mon premier NaNo en 15 jours, et tous les ans, je réduisais ce délai jusqu'en 2011 où j'ai écrit mon plus beau roman en quatre jours.
Je m'étais prouvée à moi-même de ce dont j'étais capable, et à partir de là, ce n'était plus important.
Aujourd'hui, mes plus grands défis sont parvenir à écrire 50K alors que je suis en déplacement, que je travaille, que je ne suis pas chez moi ou que je bouge !
Ce que font les autres ne m'intéresse pas, mais je suis là pour encourager. Toujours.

J'ai appris à trier

Quand on a 1500 idées à l'heure comme Sigmund, il faut apprendre à prioriser ses envies. J'écris sans plans (95 % du temps), du coup, je dois me lancer dans l'idée qui est la plus développée dans mon esprit pour parvenir à écrire 50K de cette histoire-là.


J'ai sûrement appris d'autres choses, mais voilà les plus importantes, à mon avis. Si je ne devais écrire qu'un roman par an, ce serait sûrement en novembre.
Parce que j'aime le mois du NaNo de la même façon que j'aime Noël. C'est l'ambiance. C'est savoir que des centaines de milliers de personnes dans le monde écrivent au même moment pour les mêmes raisons. C'est faire partie d'une communauté (avec ses bons et mauvais côtés). C'est se défier pour atteindre un objectif commun.
C'est de faire, au lieu de rêver.
C'est magique.
Vraiment comme Noël...

Treize éditions, 13 victoires et 17 romans

En treize éditions, j'ai écrit 17 romans, les 18e et 19e sont toujours en cours. Il y a de tout : de la Women's fiction, de la romance, de la fantasy et même du paranormal ! En 2019, j'atteindrai mon millionième mot.


2008 : Aujourd'hui ne se termine jamais
2011 : Derniers jours avant les pluies (disponible pour les abonnées)
2013 : Les Yeux de Léon
2014 : Les Noces de Jade
2017 : Roméo cherche Juliette (romance disponible sur Wattpad, Gagnant du Wattys 2019)

Et des Camp NaNoWriMo ?

2015 : Tango à minuit



Prestations

Cliquez sur les images

Services, Édition indépendante, Conseil, Accompagnement, Suivi éditorial
Services, Édition indépendante, Conseil, Accompagnement, Suivi éditorial
Services, Édition indépendante, Conseil, Accompagnement, Suivi éditorial
Place Vendôme en hiver, romance contemporaine aux Éditions MxM Bookmark, romance MM, romance de Noël
Aujourd hui ne se termine jamais, roman féminin, auto-publication
Contact
Luanda, Angola
NIF 2402342439
Skype @joannkamar